ANMONM

Association Nationale des Membres de l'Ordre National du Mérite

Action de la gendarmerie dans la sécurité publique


Le 5 mai dernier, nous avons assisté à une conférence, tenue par le Colonel Aubanel, commandant le groupement de gendarmerie de l’Ain. Sur l’action de la gendarmerie dans la sécurité publique.

DSC_0001_gendarmerie _a

C’est avec une très grande efficacité qu’il nous a présenté son métier et surtout les arcanes qui président à son évolution.

Pour l’histoire, il nous a expliqué comment, ce qui s’appelait alors la Maréchaussée était une force armée créée pour accompagner en campagne, les maréchaux, afin que l’armée se conduise bien. Comment, ensuite, elle avait assuré la sécurité sur les « grands chemins » et comment à la Révolution, en 1791, elle avait pris le nom de Gendarmerie. En restant toujours dans l’armée. Et en accompagnant, encore aujourd’hui, les armées, puisqu’elle se trouve actuellement, entre autres, en Afghanistan ou en Côte d’Ivoire. Tout en assurant, en France, la sécurité.

« La gendarmerie est une bête curieuse, dit-il. Elle est dans le monde civil avec une organisation militaire. Nous sommes des militaires tout en ayant des contacts avec les civils. »

Il nous expliquera ensuite comment cette « deuxième force armée après l’armée de terre » fonctionne en pyramide. Avec une possibilité de monter en puissance du groupement, par le département, la région, puis le national. En précisant que le gendarme est polyvalent, mais qu’il n’est plus seul. Il a, maintenant, autour de lui des brigades spécialisées, qui lui viennent en aide. Puis il nous indique que l’Ain se trouve à un carrefour, entre les départements du Rhône, de la Saône-et-Loire et de la Suisse. Mais en précisant aussi la complète entente avec les services de police et ceux des douanes.

Tout au long de cet exposé, les questions ont fusé : Pourquoi certains postes de gendarmerie ont fermé ? « Parce que nous avons besoin de tous nos hommes sur le terrain. Le planton qui reste toute la journée dans un bureau à attendre un hypothétique téléphone, perd son temps. » Mais la nuit ? «La nuit, avant, lors d’un incident, votre appel réveillait un gendarme ainsi que sa famille et il lui fallait un certain temps pour être efficace. Maintenant au 17, vous avez au bout du fil un homme en fonction, dont c’est le métier, qui, immédiatement, sait qui appeler ou comment agir. »

A la remarque attendue : plutôt que de multiplier les contrôles routiers vous feriez mieux de vous occuper des délinquants, le Colonel Aubanel répond avec un sourire : « Après leurs forfaits, où croyez-vous qu’ils sont les délinquants ? Ils ne nous attendent pas sur place, ils sont sur la route… »

Quant au compagnon, gendarme retraité, qui remarquait avec nostalgie que la gendarmerie n’est plus ce qu’elle était, le colonel Aubanel a rappelé que la société, elle aussi, n’est plus ce qu’elle était…

Cette conférence, claire, accompagnée de tableaux explicatifs, a passionné tous les auditeurs. La gendarmerie prenait soudain le visage aimable et souriant du Colonel Aubanel dont on devinait pourtant l’autorité et l’efficacité derrière son apparence courtoise et agréablement sociable. Ensuite nous avons pris un pot en commun, bavardé encore un moment. Mais, surtout, nous sommes tous repartis, après cet exposé, rassurés et sécurisés. Ce qui n’était pas négligeable !

MDC

Président(e) de la section

M. Daniel POBEL